Travailler uniquement pendant l’une des saisons de l’année est possible ! Cela s’appelle le travail saisonnier. Vous désirez servir des thés glacés sur une plage de la méditerranée, travailler comme animateur dans une station balnéaire, être moniteur de ski dans une station de ski, participer à la cueillette des fruits, … ? Il existe de nombreuses entreprises, des fermes, des agriculteurs, des horticulteurs, des stations balnéaires ou de ski qui engagent des personnes uniquement pour certaines saisons, car ils sont en manque de main-d’œuvre durant ces périodes.
Le travail saisonnier est représenté dans les secteurs de l’agriculture, dans les fermes, les vendanges, la cueillette de fruits et légumes. Les périodes d’engagement se situent à des saisons précises pendant l’année, principalement entre le printemps et l’automne. Le travail occasionnel se trouve essentiellement dans le secteur touristique. Ce secteur est celui qui engage le plus, car les postes sont diversifiés. En effet, vous pouvez trouver un job en tant que serveur dans les bars, restaurants et sur les plages, dans les hôtels, animateur de camps de vacances ou sportif, guide touristique, travailler dans un parc d’attractions, dans les campings, etc. Ces jobs peuvent se faire à une saison bien précise dans l’année, mais également durant toute l’année.
Ces jobs de saisons sont souvent soumis à une règlementation différente des autres. Le travail saisonnier est en général un contrat journalier et/ou de durée déterminée.
A vérifier donc en fonction du pays où vous allez.

Le WWoof

World Wide Opportunities on Organic Farms Working (Offres d’emploi mondiales dans les fermes bio) est un réseau international agissant pour la promotion du WWoofing : http://www.wwoof.be ou http://wwoofinternational.org.

Le WWoofing regroupe dans le monde entier des personnes qui désirent partager leur connaissance dans l’agriculture et l’alimentation biologique et tout ce qui est en relation avec le développement durable de manière alternative. En échange de l’hébergement et de la nourriture, vous effectuez du travail agricole, des travaux de maraîchage, du jardinage, des soins aux animaux. Il s’agit d’un échange pas d’un travail.
Le WWoofer apprend des techniques de l’agriculture biologique.
Le WWoofing est accessible à partir de 18 ans et peut être pratiqué dans n’importe quel pays dans le monde.
Il faudra en premier lieu, adhérer à l’association Wwoof du pays où vous souhaitez vous rendre. La cotisation annuelle varie.
Pour faire votre choix d’un hôte, un grand nombre de pays disposent d’un site qui répertorie les fermes et les personnes de contact qui proposent de faire du WWoofing.
Sur le site international http://wwoofinternational.org/, vous trouverez les liens vers les organismes présents dans différent pays.
Pour WWoofer dans un pays de l’EEE, vous êtes libre de circuler. Si vous partez plus de trois mois, vous devrez vous inscrire dans le pays. Pour WWoofer en Australie, au Canada, en Nouvelle-Zélande, il vous faudra un PVT.

Le Help Exchange ou HelpX

HelpX permet de vivre une expérience professionnelle bénévolement dans des fermes non-biologiques ou biologiques, des lodges, des ranches, des B&Bs. En échange vous êtes nourri et logé. Ce moyen d’hébergement est une belle opportunité pour les jeunes voyageant avec le visa vacances travail (Working Holiday Visa).
Le site www.helpx.net donne toutes les informations sur les hôtes, les cotisations par pays.

Mise à jour 2019

 

Pour travailler dans l’espace économique européen (EEE) et dans le monde, vous devez parfois obtenir un titre de séjour ou une autorisation de travail pour pouvoir travailler et vivre sur le territoire qui vous accueille.

Obtenir un passeport et/ou un VISA

Voir Memo de ce qu’il faut faire avant de partir

Avoir une autorisation de travail

Certains pays exigent, même pour une courte période, que toutes les personnes étrangères désirant travailler sur leur territoire obtiennent une autorisation au préalable. Pour savoir si vous devez obtenir ce type d’autorisation vous devez prendre contact avant votre départ avec l’ambassade du pays où vous désirez vous rendre ou vous adresser à une administration communale sur place. Les ressortissants européens d’un pays membre de l’EEE n’ont pas besoin d’une autorisation de travail pour travailler dans un autre pays de l’EEE. Les étrangers hors EEE ayant un titre de séjour spécifique obtenu dans un pays européen doivent se renseigner auprès des autorités compétentes dans le pays dans lequel ils se rendent pour savoir s’ils peuvent y travailler.
Par contre, les ressortissants d’un pays hors de l’EEE qui n’ont aucun titre de séjour de la part d’un pays européen ne peuvent pas travailler dans un autre pays de l’EEE.
Les jeunes étrangers hors de l’EEE qui ont obtenu un visa pour les études dans l’un des pays de l’EEE peuvent voyager dans les pays de l’EEE. Cependant, s’ils désirent travailler dans un autre pays que dans celui qui les accueille, ils devront se renseigner au préalable auprès des autorités compétentes dans le pays ou auprès de l’ambassade du pays.

Titre de séjour spécifique : les pays de l’EEE ne remettent pas à leurs citoyens les mêmes titres de séjour. Vous devrez donc vous renseigner auprès des administrations pour savoir si le titre de séjour que l’on vous a octroyé vous permet de travailler dans un autre pays européen.

Le travail saisonnier

La première chose à faire avant de partir est de vous renseigner sur la règlementation en vigueur sur le travail saisonnier dans le pays dans lequel vous vous rendez. En fonction du pays il se peut qu’une autorisation de travail vous soit demandée.

Santé

Voir Memo de ce qu’il faut faire avant de partir
En plus, de toutes les démarches à faire, si vous vous rendez dans un pays exotique, n’oubliez pas de vous protéger en vous vaccinant contre les maladies tropicales.
Centres de vaccination agréés fièvre jaune et méningite http://www.itg.be

Mise à jour 2019

Trouver un job à l'étranger

Il existe différentes possibilités pour trouver un job de vacances dans un autre pays.
Premièrement, vous devez bien vous renseigner sur les démarches à faire pour pouvoir travailler légalement dans le pays qui vous accueille.
Si vous avez un diplôme ou un brevet dans une matière bien précise, n’hésitez pas à chercher un job dans ce domaine. Cela peut être un plus pour votre CV.
Deuxièmement, préparez-vous en emportant des CV et lettres de motivation rédigés dans la langue du pays où vous allez. N’attendez pas forcément d’être sur place pour chercher le job, essayez d’avoir des informations sur les secteurs qui engagent le plus dans le pays et prenez contact avec les services, les entreprises, les associations qui vous intéressent et envoyez votre candidature bien avant de partir en voyage.
Troisièmement, travailler dans certains secteurs d’activité exige parfois de très bonnes connaissances linguistiques en fonction du pays dans lequel vous vous trouvez. N’hésitez pas à prendre des cours de langues pour rafraîchir vos connaissances ou pour apprendre les bases avant votre départ. Vous pourrez évaluer votre niveau de connaissances de la langue avec les différents tests de langue qui existent.

Il existe différents types de canaux pour obtenir une job étudiant à l’étranger :

Il faut vous poser les bonnes questions

Vous serez également amené à être confronté à certaines difficultés avant et pendant votre séjour. Ne perdez pas espoir et essayez de vous renseigner le plus souvent auprès d'organismes officiels pour garantir la fiabilité des renseignements que l'on vous donne.

Vous devrez vous poser les bonnes questions :

  • Avant votre départ...
    • Comment trouver un job là-bas ?
    • Dois-je parler la langue du pays pour travailler ?
    • Comment vais-je financer mon séjour ?
    • Quel est le niveau du coût de la vie ?
    • Combien devrais-je dépenser par jour ?
  • Durant votre séjour...
    • Où vais-je dormir ?
    • Aurais-je suffisamment d'argent pour le reste de mon séjour ?
    • Je suis malade – Où vais-je me soigner ?
  • Avant de commencer à travailler et pendant le job...
    • Le patron doit-il me faire un contrat de travail ?
    • Combien et quand doit-il me payer ?
    • Dois-je avoir un compte en banque ?

Mise à jour 2019

 

Le Programme Vacances Travail (PVT) est aussi appelé Permis Vacances - Travail, ou Visa Vacances - Travail ou Working Holiday Visa (WHV).
L’Australie, le Canada, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande et Taiwan ont mis en place un visa alliant les vacances et le travail pour permettre à des jeunes de pouvoir à la fois découvrir le pays dans lequel ils se rendent et obtenir une expérience professionnelle par la même occasion (http://www.working-holiday-visas.com/belge ou http://pvtistes.net/ ou www.visavacancestravail.be
Auprès des différentes ambassades de ces pays, vous trouverez les renseignements et les documents nécessaires à introduire pour participer à ces programmes.  
Certaines agences de séjour linguistique proposent des séjours en WHV.

Pour le Canada

L’Expérience internationale Canada (EIC) - Working Holiday est un visa temporaire valable un an pour les jeunes de 18 à 30 ans. Pour y avoir droit, le jeune ne doit pas y avoir eu accès auparavant. Il coûte 250 CAD$ (180 €) et est non renouvelable. Le nombre de VISA délivrés est limité. Pour la saison 2020, un quota de 750 places a été déterminé.
La durée du VISA est d’un an, le délai d’obtention de celui-ci est de 8 semaines lorsque le dossier complet est introduit.
Le jeune doit avoir un passeport valide, être citoyen belge, disposer d’une assurance maladie/voyage, avoir l’équivalent  de 2500 CAN$ (± 1.700€) pour ses dépenses, disposer d’un billet d’avion aller-retour avant son départ ou prouver qu’il dispose de suffisamment d’argent pour acheter son billet de retour et obtenir un permis de travail qui coûte 150 CAD$.
Pour le demander, le jeune doit se rendre sur le site de l’ambassade pour introduire une demande d’admissibilité et choisir un bassin d’EIC. Si le jeune est tiré au sort, il recevra une invitation pour poursuivre la procédure de demande de l’EIC (les tirages au sort ont lieu plusieurs fois sur l’année). Un permis de travail spécifique à l’EIC lui sera remis à son arrivée par l’immigration canadienne. La procédure en bref est reprise sur le site du Gouvernement du Canada: http://www.cic.gc.ca/francais/travailler/eic/apercu-procedure.asp .
Sur place, le jeune peut suivre des cours, mais uniquement pour une durée maximum de 6 mois.
Avec ce visa les jeunes peuvent travailler dans tous les secteurs qu’ils veulent, mais certains secteurs d’activité sont règlementés, une qualification sera nécessaire pour pouvoir pratiquer le métier.
(http://www.cic.gc.ca/francais/travailler/eic/index.asp)

Pour l’Australie

Le "Working Holiday Visa" (WHV) est accessible aux jeunes de 18 à 30 ans et est valable pour une période d’un an avec la possibilité de le renouveler pour 12 mois supplémentaires, mais sous certaines conditions. La demande de ce visa peut se faire à n'importe quel moment dans l'année et  le nombre de places disponibles n'est pas limité.
Le WHK coûte 485 $AUD (+/- 296 €) s’il est introduit en ligne et prend de 9 à 15 jours pour être obtenu.
Le jeune doit également être en possession de minimum 5000$ AUD (+/- 3.049 €) pour les 3 premiers mois (plus de l’argent nécessaire à l’achat de son billet de retour). Il peut travailler pendant 6 mois dans n’importe quel secteur, le travail saisonnier, le travail au pair et les petits boulots dans le tourisme, l’hôtellerie, … sont à privilégier.
Le WHV peut être combiné avec des cours, mais leur durée ne peut pas dépasser 4 mois.
https://immi.homeaffairs.gov.au/visas/getting-a-visa/visa-listing/work-holiday-417/first-working-holiday-417

Pour la Nouvelle-Zélande

Le "Working Holiday Visa" (WHV) est accessible également à des jeunes de 18 à 30 ans et est valable un an. Il y a la possibilité de le renouveler pour 3 mois supplémentaires, sous certaines conditions. Le nombre de places n’est pas limité. Le prix du VISA est d’environ 90 € et est disponible dans un délai de 3 jours à 1 semaine. Le jeune devra disposer d’environ 4.200 $NDZ (+/-2.381 € ) et d’un billet d’avion pour le retour ou des fonds nécessaires pour l’acheter en arrivant sur place. Les jeunes peuvent travailler dans n’importe quel secteur d’activité et ils peuvent s’inscrire à un ou plusieurs cours de formation ou des études durant 6 mois maximum.
https://www.immigration.govt.nz/new-zealand-visas/apply-for-a-visa/about-visa/belgium-working-holiday-visa

Pour Taiwan

Le PVT est accessible aux belges de 18 à 30 ans. Le Visa est valable six mois renouvelable six mois avec la possibilité d’entrer à plusieurs reprises sur le territoire, mais le séjour sur place n’est possible que durant maximum 6 mois. Le visa est renouvelable, 15 jours avant la fin du premier visa dans un « National Immigration Agency service center ». Le prix du Visa est de 86€ et le délais de réponse est de 3 jours.
Le jeune devra disposer d’économies suffisantes pour ses besoins au début de son séjour, le gouvernement exige un min. 2.500 € et le billet d’avion de retour ou des fonds nécessaires pour l’acheter en arrivant sur place. Le jeune pourra travailler maximum 6 mois pour le même emploi et par la suite en changer. Il pourra également suivre des cours pendant maximum 6 mois.
http://www.boca.gov.tw/ct.asp?xItem=6049&ctNode=783&mp=2

Pour la Corée du Sud

Le « Working Holiday Visa » est accessible pour les jeunes de 18 à 30 ans (inclus) n’ayant pas encore bénéficié de ce programme auparavant, seuls 200 jeunes peuvent faire la demande par an. La procédure coûte 77,4 € et la demande de visa est traitée dans les 5 jours ouvrables si le dossier est complet.
Le jeune doit être en possession avant son départ d’un passeport en cours de validité (valable au moins 15 mois après l’introduction de la demande de WHV), être résident en Belgique, disposer d’une assurance maladie et d’un certificat médical, d’un certificat de bonne vie et mœurs, d’une lettre de motivation et d’un plan de voyage.
Le jeune doit également prouver qu’il dispose pour les 3 premiers mois de 3 000 000 KRW (+/- 2.500 €).
Le jeune pourra travailler occasionnellement pendant et suivre des études ou une formation pendant maximum 6 mois.
http://bel.mofa.go.kr/english/eu/bel/visa/holiday/index.jsp

Mise à jour 2019