En Belgique, il n’existe pas beaucoup d’aides financières pour les étudiants étrangers. De plus, souvent, il s’agit de bourses à destination des étudiants du 2e ou du 3e cycle de l’enseignement supérieur. C’est pourquoi, il est important de se renseigner sur les aides possibles dans son pays d’origine : http://www.scholarshipportal.eu/

Allocations d’études de la Fédération Wallonie Bruxelles

Plus communément appelée « bourse d’études », elle est destinée aux étudiants de l’enseignement secondaire et supérieur de nationalité belge.

Certaines catégories d’étudiants étrangers y ont également droit :

  • les ressortissants de l’Union européenne (http://europa.eu/about-eu/countries/index_fr.htm) résidant en Belgique et dont l’un des parents travaille (ou a déjà travaillé) dans un état de l'Union européenne ;
  • les bénéficiaires du statut de réfugié politique, résidant en Belgique, depuis au moins un an au 31 octobre de l’année scolaire ;
  • les ressortissants de pays et territoires en développement (au sens de l’ONU), résidant en Belgique avec leur famille depuis 5 ans au 31 octobre de l'année académique en cours et qui ont accompli au minimum 5 ans d’études.
  • Les ressortissants des autres pays, résidant en Belgique avec leur famille depuis 5 ans au 31 octobre de l'année académique en cours et qui y ont accompli au minimum 5 ans d’études ; à condition que le pays d'origine accorde la réciprocité aux ressortissants belges (il existe une exception à cette dernière condition pour la Turquie).
  • Les étrangers régularisés (sur base de l’article 9bis de la loi du 15 décembre 1980) qui résident en Belgique et qui ont fait l'objet d'une régularisation de séjour au 31 octobre de l'année académique en cours.
  • Les étrangers réfugiés politiques qui résident en Belgique depuis au moins 1 an et qui sont reconnus comme réfugié politique par le CGRA.


ATTENTION, en plus du critère de nationalité, il faut remplir d’autres conditions pour obtenir la bourse : conditions pédagogique, condition d’âge et condition de revenus maximums. Plus d’informations : http://www.allocations-etudes.cfwb.be/index.php?id=2387

Bourses de la Direction Générale de la Coopération au Développement (DGCD)

Enabel - Agence belge de développement

Elle octroie des bourses d’études et de stage aux ressortissants des pays partenaires de la Coopération belge au développement (le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, la République Démocratique du Congo (RDC), la Guinée, le Mali, le Maroc, le Mozambique, le Niger, l'Ouganda, la Palestine, le Rwanda, le Sénégal et la Tanzanie*) qui souhaitent faire un master, un doctorat ou un stage dans leur pays d’origine, dans un pays partenaire ou en Belgique.
* Six anciens pays partenaires sont actuellement en stratégie de sortie (Algérie, Vietnam, Bolivie, Pérou, Equateur et Afrique du Sud), leurs programmes de coopération vont progressivement se clôturer d'ici 2019. Des programmes de bourses pourront cependant éventuellement être mis en place pour les étudiants ressortissants de ces pays avant cette échéance.

Plus d’informations : https://www.enabel.be/

Bourses de la commission universitaire pour le développement de l’ARES (Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur)

Elle octroie des bourses d’études et de stage aux ressortissants (moins de 40 ans pour les bourses d’étude ; moins de 45 ans pour les stages) des pays en voie de développement qui désirent suivre un master complémentaire en Belgique ou perfectionner leurs acquis professionnels.  Il peut s’agir uniquement des ressortissants des pays suivants  : Bénin, Bolivie, Burkina Faso, Burundi, Cambodge, Cameroun, Cuba, Équateur, Ethiopie (uniquement pour les formations en anglais), Haïti, Madagascar, Maroc, Niger, Pérou, Philippines, RD Congo, Rwanda, Sénégal, Vietnam.
Le candidat doit être titulaire d’un diplôme équivalent au master belge et avoir une bonne connaissance du français. Le candidat doit résider et déjà avoir travaillé au moins 2 ans dans son pays d’origine pour être éligible.
Plus d’informations : http://www.ares-ac.be/cooperation-au-developpement/bourses/masters-et-stages-en-belgique

Autres bourses

Dans le cadre de la coopération au développement, d’autres bourses sont accordées par des acteurs de la coopération scientifique.
Plus d’informations : http://diplomatie.belgium.be/fr/politique/cooperation_au_developpement
/collaborer_avec_nous/opportunites_de_financement/bourses/

Erasmus

Depuis janvier 2014, le « Programme Erasmus + » a succédé au « Programme d’apprentissage tout au long de la vie », le programme Erasmus en fait partie. Le programme Erasmus permet aux étudiants de l’enseignement supérieur de suivre une partie de leurs études à l’étranger, durant 3 à 12 mois. L’étudiant peut participer, au plus tôt, à partir de la 2e bachelier. Il peut s’agir d’un des 28 pays de l’Union européenne, de la Norvège, du Liechtenstein, de l'Islande, de la Macédoine ou de la Turquie, à condition que l’établissement scolaire de l’étudiant ait un partenariat avec l’un de ces pays.
L’étudiant peut participer au programme Erasmus 1x/cycle d’études (ex : 1x durant le cycle de bachelier et 1x durant le cycle de Master) durant max 12 mois/cycle.

Le programme de cours suivi à l’étranger est automatiquement valorisé dans le cadre du programme d’études de votre établissement d’enseignement d’origine.
L’étudiant peut bénéficier d’une bourse forfaitaire comprise entre 200 et 300€/mois pour les non-boursiers et entre 400 et 500€/mois pour les étudiants boursiers, selon le pays de destination.
Plus d’informations : http://ec.europa.eu/programmes/erasmus-plus/index_fr.htm

Erasmus Mundus

Il s’agit d’un programme européen visant à développer les actions de mobilité, entre étudiants des établissements d’enseignement supérieur européens et ceux des pays du tiers-monde, en accordant des bourses de master et doctorat.
Plus d’informations : http://www.em-a.eu/en/home.html

Bourse doctorale et prix de l’université libre de Bruxelles (ULB)

Il s’agit d’une bourse de doctorat ou d’un prix d’encouragement à la recherche octroyé à des ressortissants des pays en voie de développement dans le but d’un retour dans leur pays pour contribuer au développement.
Plus d’informations : https://www.ulb.ac.be/international/Cooperation-Universitaire-Financements.html

Bourse de l’université catholique de Louvain (UCL)

Elle accorde des bourses aux ressortissants des pays en voie de développement (OCDE) désirant réaliser un doctorat ou une spécialisation en médecine.
Plus d’informations : https://uclouvain.be/fr/chercher/bourses-de-doctorat.html

Bourse de l’université de Liège (ULG)

Elle accorde une bourse aux étudiants ressortissants des pays en voie de développement désirant faire un master à l’ULG.
Plus d’informations : https://www.ulg.ac.be/

Bourse d’excellence de l’agence Wallonie Bruxelles International (WBI)

Elle est accessible à tous étudiants étrangers, titulaires d’un diplôme de docteur, désirant réaliser un post-doctorat dans une université à Bruxelles ou en Wallonie.
Plus d’informations : http://www.wbi.be/fr/inwbi#.WT_etE2wfIV

Fond de la recherche scientifique (FRS-FNRS)

Il accorde des bourses aux chercheurs étrangers désirant suivre un programme de doctorat en Wallonie ou à Bruxelles.
Pour plus d’informations : http://www.fnrs.be/index.php

Les fonds de l’European Research Council (ERC)

Il s’agit d’un fond européen d’aide à la recherche qui supporte différents chercheurs confirmés étrangers (ayant déjà terminé leur doctorat) dans le financement de leurs recherches.
Pour plus d’informations : https://erc.europa.eu/

Agence universitaire de la francophonie (AUF)

Elle octroie des bourses pour effectuer un master ou un doctorat dans un autre pays francophone, au sein d’une institution membre de l’AUF.
Plus d’informations : https://www.auf.org/les-services-de-l-auf/formation/bourses/

Service social de l’établissement d’enseignement supérieur

Tous les établissements d’enseignement supérieur, en Belgique, disposent d’un service social qui vient en aide aux étudiants en difficulté sociale et/ou financière, sous certaines conditions. Les aides sont variées (réduction des frais d’inscription, ticket-repas, aide à l’achat de syllabus, aide à l’achat de l’abonnement de transport en commun, etc.).

Réduction-transports en commun

En tant qu’étudiant, vous pourrez bénéficier d’une réduction sur les abonnements vendus par la STIB, le TEC et De Lijn de 12 à 24 ans. Le tarif de l’abonnement de train (SNCB) est réduit pour les étudiants de moins de 26 ans. Pour les formalités, renseignez-vous auprès des sociétés de transports respectives ou sur leur site web.

Logements à prix réduits

De nombreux particuliers mettent en location des logements étudiant, aussi appelés « kots », mais les prix peuvent être relativement chers, surtout à Bruxelles. Heureusement, il existe des moyens plus économiques pour se loger. Vous trouverez ci-dessous quelques alternatives à la location ordinaire.

  • Résidences d’étudiants: en Belgique, les universités et certaines hautes écoles disposent de logements pour étudiants (avec priorité pour leurs étudiants respectifs) dont le loyer oscille entre 125€ et 350€ environ. Renseignez-vous auprès des universités et des écoles supérieures.
  • Internats: tant pour l’enseignement secondaire que l’enseignement supérieur, les élèves/étudiants peuvent loger en internat. Ce type de logement est très économique puisque le prix comprend le logement, les charges, le nettoyage et tous les repas mais on ne peut y loger ni les weeks-end ni durant les périodes de vacances scolaires. Le tarif annuel (10 mois) est de 2.288,29€ pour l’enseignement secondaire et supérieur. Ce tarif annuel s’élève à 3.078,30€ pour les étudiants ressortissant d’un pays non-membre de l’ Union européenne.Plus de renseignements : www.internats.be
  • Logement intergénérationnel : cela consiste à être logé au domicile d’une personne âgée ou d’une famille.Le prix du loyer est réduit en échange de quelques services rendus à la personne âgée ou à la famille (baby-sitting, courses, accompagner chez le médecin, etc.) :
    - Formule "classique" senior-étudiant : jusqu'à 300€/mois sans devoir consacré des heures de services
    - Formule "services" senior-étudiant : 180€/mois à condition de consacrer du temps à la personne âgée
    - Formule "kot-sitting" famille-étudiant : 180€/mois en échange de max. 5h/semaine de services
    Plus d’informations : www.1toit2ages.be
  • Logement communautaire pour étudiants non-européens: destiné aux étudiants et stagiaires venant des pays en voie de développement/tiers-monde, il s’agit de logements à prix réduits qui ont aussi pour but de mieux supporter l’éloignement familial et territorial et s’adapter aux variations climatiques, économiques et sociologiques.
    • Escale Nord-Sud Place Loix, 20 à 1060 Saint-Gilles Tél : 02/534.95.52 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.(entre 280€ et 450€/mois, selon le type de logement) - http://escalenordsud.e-monsite.com/
    • La maison africaine (étudiants et stagiaires africains) Rue d’Alsace Lorraine, 33 à 1050 Ixelles Tél : 02/513.75.92- Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - www.maisonafricaine.be (le prix varie selon la situation de l’étudiant entre 200€ et 425€/mois pour une chambre, possibilité de louer des studios ou des appartements)
    • Solidarité-étudiants tiers-monde Rue de Parme, 26 à 1060 Saint-Gilles Tél : 02/533.39.84 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.www.setmweb.org (prix selon le type de logement)
  • Logement pour étudiants européens
    • Centre Vincent Van Gogh-Foyer européen Rue Traversière, 17 à 1210 Saint-Josse-Ten-Noode 02/203.38.14 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - www.etr-brussels.be (entre 390€ et 900€/mois, selon le type de logement - chambre simple, double, studio)

mise à jour 2018

L’enseignement maternel, primaire et secondaire est gratuit pour tous.
Par contre, prévoyez un budget important pour vos études supérieures ainsi que tous les frais liés à votre séjour: logement, repas, transports, santé, vêtements, etc...
On peut estimer tous ces frais au minimum à 10.000€/an.
De plus, certains étudiants ressortissants de pays non-membres de l’Union européenne doivent payer des frais d'inscription supplémentaires (les Droits d’Inscription Spécifiques – ou DIS) en plus des frais d’inscription classiques !!! Il est donc indispensable de bien préparer votre séjour, notamment par l'apprentissage du français pour pouvoir suivre et réussir une année scolaire et ne pas payer inutilement des frais d'inscription élevés.

Enseignement maternel, primaire et secondaire

Même si l’enseignement maternel, primaire et secondaire est gratuit pour tous, certains frais peuvent être réclamés mais cela est réglementé (garderie, repas, excursions, photocopies, etc.). Pour plus d’informations http://www.enseignement.be/index.php?page=26777

Exceptionnellement, un minerval (frais d’inscription annuel) peut être réclamé :

  • aux étudiants qui s’inscrivent en 7e année générale de l’enseignement secondaire (7e année préparatoire à l’enseignement supérieur) : montant fixé, annuellement, par un arrêté du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ;
  • aux étudiants étrangers majeurs, ressortissants d’un pays non-membre de l’Union européenne, dont le(s) parent(s) ou le tuteur légal non-belge ne résident pas en Belgique : 868€/an.

Cependant, plusieurs catégories d’étudiants étrangers sont exonérées. Pour connaître les conditions d’exonération, contactez Infor Jeunes

Enseignement supérieur

L’enseignement supérieur est payant. Si vous êtes ressortissants d’un pays membre de l’Union européenne (1), vous payez les mêmes frais d’inscription que les étudiants belges.
Si vous êtes ressortissants d’un pays non-membre de l’Union européenne, vous devrez peut-être payer des frais d’inscription plus élevés appelés droits d'inscriptions spécifiques.

En Belgique, on parle du « minerval » pour les frais d’inscription officiels en Haute école, université ou école supérieure des arts.
10% de ce minerval doit être réglé au 31 octobre de l’année académique. Pour que l’inscription soit valable, l’intégralité du minerval doit être réglée, au plus tard, le 4 janvier de l’année académique.
En plus du minerval officiel, vous devez payer des frais d’inscription complémentaires dans certaines hautes écoles (HE) et écoles supérieures des arts (ESA).

Minerval officiel

  • Le minerval officiel demandé par les universités est de 835€/année académique.
  • Le minerval officiel demandé par les hautes écoles et écoles supérieures des arts est de:
    • enseignement supérieur de type court : 175,01€ (227,24€ pour le dernier bloc annuel);
    • enseignement supérieur de type long : 350,03€ (454,47€ pour le dernier bloc annuel de chaque cycle d’études) ;

Attention ! Le minerval officiel ne peut être réclamé aux bénéficiaires d’une bourse d’études ni aux étudiants de « conditions modestes » (voir ci-dessous).

Frais d’inscription complémentaires

Les hautes écoles et écoles supérieures des arts peuvent réclamer, en plus du minerval officiel, des frais d’inscription complémentaires :

  • enseignement supérieur de type court : maximum 79.60€
  • enseignement de type long : maximum 119.12€

Attention ! Les frais d’inscription complémentaires ne peuvent être réclamés aux bénéficiaires d’une bourse d’études ni aux étudiants de « conditions modestes » (voir ci-dessous).

Frais administratifs

Ils peuvent être réclamés à condition de figurer dans le règlement des études de chaque établissement scolaire. Ils doivent se baser sur des coûts réels de l'établissement scolaire : frais de dossiers des étudiants, syllabi, documents, photocopies, cartouches d'encre, frais relatifs à l'accès et à l'utilisation des bibliothèques, médiathèques et locaux de convivialité, frais relatifs à l'équipement et au matériel au service de l'étudiant, matériel et équipement spécifiques, etc.
Attention ! Les frais administratifs ne peuvent être réclamés aux bénéficiaires d’une bourse d’études ni aux étudiants de « conditions modestes » (voir ci-dessous).

Gratuité pour les étudiants bénéficiaires d’une bourse d’études

Si vous êtes bénéficiaire d’une bourse d’études de la Fédération Wallonie Bruxelles (Communauté française) ou d’une bourse de la Direction générale de la coopération au développement, vous ne devrez payer aucun frais d’inscription (ni minerval officiel ni frais d’inscription complémentaires ni frais administratifs), vous avez droit à la gratuité totale.  De plus, l’établissement scolaire doit vous permettre l’impression gratuite des cours obligatoires.

Réduction des frais d’inscription pour les étudiants de « condition modeste »

En Belgique, les étudiants qui remplissent toutes les conditions pour obtenir une bourse d’étude mais qui dépassent de peu le plafond des revenus autorisés pour avoir droit à la bourse d’études de la Fédération Wallonie Bruxelles (Communauté française) sont considérés comme des étudiants de « condition modeste », ce statut leur donne droit à une réduction des frais d’inscription.
Ces étudiants doivent payer seulement le minerval officiel :

  • 374€ en université :
  • 64,01€ (116,23€ pour la dernière année d’études) en HE et ESA (type court)
  • 239,02€ (343,47€ pour la dernière année du cycle d’études) en HE et ESA (type long)


Remarques:
Le montant total des frais d’inscription (minerval officiel + frais complémentaires+ frais administratifs) ne peut pas dépasser 836,96€, (ou 374€ pour les étudiants de condition modeste, il n’y a pas de frais d’inscription pour les étudiants boursiers).
Le plafond de 836,96€ ne s’applique pas aux écoles supérieures des arts ou en section communication appliquée ou technique de l'image ou presse et information des Hautes écoles.

Droit d’inscription spécifique pour les ressortissants d’un pays non-membre de l’Union européenne

Si vous êtes ressortissants d’un pays non-membre de l’Union européenne (1) qui n’est pas repris sur la liste des Pays les Moins Avancés (listes des « Least Developed Countries » ou liste LDC de l’ONU), vous devez peut-être payer, en plus du minerval officiel et des frais complémentaires, un droit d'inscription spécifique (DIS).

* Certaines exonérations des droits d'inscription spécifique sont parfois possibles, renseignez-vous auprès de l'établissement supérieur dans lequel vous souhaitez vous inscrire.

Voici ci-dessous les montants de DIS qui sont applicables pour l'année 2018-2019:

Les étudiants issus de pays les moins avancés (ou PMA (2) ) ne doivent  payer aucun droit d’inscription spécifique. Ils doivent payer uniquement 835€/an (frais d’inscription ordinaire).

Pour les autres, depuis l’année académique 2014-2015, ces droits d’inscription spécifique s’élèvent à :

  • dans les universités:
    • 4.175€ pour les étudiants qui viennent des pays hors-UE hors PVD
    ! Si l’année est réussie, l’année suivante, l’étudiant ne paiera plus que 835€/an
    ! Si l’année est échouée, l’année suivante, l’étudiant devra payer le même montant
  • dans les hautes écoles (sous réserve de changements):
    • type court: 992€
    • type long: 1487€/an bachelier en 3 ans, 1984€/an master en 2 ans

Dans certains cas, les services sociaux des universités peuvent intervenir pour des étudiants dont les revenus des parents dépassent de peu le maximum de revenus autorisés pour bénéficier d’une bourse.

(1) Pays de l’Union européenne : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovénie, Slovaquie et Suède

(2) liste des PMA : Afghanistan, Angola, Bangladesh, Benin, Bhutan, Burkina Faso, Burundi, Cambodge, Central African Republic, Chad, Comoros, Dem. Rep of the Congo, Djibouti, Equatorial Guinea, Eritrea, Ethiopia, Gambia, Guinea, Guinea-Bissau, Haiti, Kiribati, Lesotho, Lao People's Dem. Republic, Liberia, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritania, Mozambique, Myanmar, Nepal, Niger, Rwanda, Sao Tome and Principe, Senegal, Sierra Leone, Solomon Islands, Somalia, South Sudan, Sudan, Timor-Leste, Togo, Tuvalu, Uganda, United Rep. of Tanzania, Vanuatu, Yemen, Zambia

mise à jour 2018

Financer ses études à l’étranger n’est pas chose facile, un job étudiant permettra souvent d’alléger le coût mais c’est aussi un moyen de s’intégrer dans le pays d’accueil notamment par la pratique des langues.

Vous trouverez toutes les informations utiles sur le travail étudiant (permis de travail, recherche, etc.) sur cette page « Job étudiant en Belgique »

mise à jour 2018

En Belgique, il y a 3 langues nationales et donc 3 communautés linguistiques : la communauté française, la communauté flamande, la communauté germanophone. L’enseignement relève de la compétence des communautés, ainsi la règlementation sur l’enseignement diffère selon chaque communauté. Néanmoins, certains aspects comme « l’obligation scolaire » sont régis par une loi fédérale qui s’applique aux 3 communautés.
L'enseignement francophone en Belgique est donc règlementé par le Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles (appelé aussi Communauté française).

Enseignement maternel, primaire et secondaire

En Belgique, l’obligation scolaire commence à 6 ans pour se terminer à 18 ans.
L’enseignement maternel (non-obligatoire) est destiné aux enfants âgés entre 2,5 et 6 ans, il comporte maximum 3 ans.
L’enseignement primaire comporte 6 années d’études qui s’achèvent par l’obtention du CEB-Certificat d’Etudes de Base, l’enfant doit être âgé de 6 ans pour y entrer. Il est cependant possible de demander une dérogation pour les élèves âgés de minimum 5 ans.
L’enseignement secondaire comporte aussi 6 années d’études qui s’achèvent par l’obtention du CESS-Certificat de l’Enseignement Secondaire Supérieur. Le CESS est indispensable pour pourvoir continuer des études supérieures. Cependant, ceux n’ayant pas ce certificat ont la possibilité de présenter une épreuve d’admission ou de passer les examens du jury.

Remarque :
Tout enfant se trouvant en Belgique et âgé entre 6 et 18 ans est en obligation scolaire et doit donc aller à l’école.
Notons que les jeunes ayant atteint l’âge de 15 ans et ayant suivi au minimum les deux premières années de l’enseignement secondaire et, dans tous les cas, les jeunes ayant atteint l’âge de 16 ans passent sous l’obligation scolaire à temps partielle. Cela signifie qu’ils peuvent choisir de s’orienter vers une autre option que l’enseignement de plein exercice, par exemple vers un enseignent secondaire en alternance (qui combine la formation générale et la pratique professionnelle).
De plus, la constitution belge prévoit le droit à l’instruction, cela signifie que tout enfant (6 à 18 ans) a le droit d’aller à l’école qu’il soit en situation légale ou non. Par conséquent, une école primaire ou secondaire ne peut refuser l’inscription d’un enfant arrivant de l’étranger, même en cours d’année scolaire (sauf si elle n’a plus de place).

Enseignement supérieur

L’enseignement supérieur, en Belgique, se subdivise en 2 catégories : l’enseignement supérieur non-universitaire et l’enseignement supérieur universitaire.

L’enseignement supérieur non-universitaire est organisé par les Hautes écoles, les Ecoles supérieures des arts, les Ecoles de promotion sociale ainsi que l’Ecole royale militaire. Ces établissements proposent soit un enseignement de type court (3 ans) menant vers l’obtention d’un bachelier professionnalisant soit un enseignement de type long (4 à 5 ans) menant vers l’obtention d’un master.
Dans quelques hautes écoles, il existe la possibilité de faire un master en alternance (cours + stage en entreprise).
L’enseignement supérieur universitaire (4 à 5 ans) est organisé par les universités, il mène vers l’obtention d’un master.

Dans l’enseignement non-universitaire de type long et l’enseignement universitaire, il y a 2 cycles d’études : le premier comporte les 3 premières années d’études permettant d’obtenir un bachelier de transition, le deuxième comporte 1 à 2 ans d’études permettant d’obtenir un master.
L’enseignement universitaire est essentiellement théorique, il comporte très peu de pratique et quasi pas de stage. Tandis que l’enseignement supérieur non-universitaire comporte une approche à la fois théorique et pratique via les stages.
Après l’obtention d’un master, l’étudiant a la possibilité d’approfondir ses connaissances via un master de spécialisation et/ou un doctorat.

En 2004, le « décret de Bologne » avait été approuvé par la Communauté française, il définissait l’enseignement supérieur en Communauté française, favorisait son intégration à l’Espace européen de l’enseignement supérieur et refinançait les Universités.

Depuis lors, on parle de "crédits" (ECTS) dans les programmes d'études. Ils représentent le travail fourni pour acquérir une matière: 60 crédits, l’équivalent d’ 1 année d'études, représentent la participation aux cours, les travaux pratiques, les stages, les recherches sur le terrain mais aussi le temps de travail personnel (en bibliothèque ou à domicile).

Ce décret a été remplacé par le décret dit « Décret paysage » du 07/11/2013 restructurant l’organisation de l’enseignement supérieur en Communauté française, notamment, au niveau des inscriptions, du programme d’études, des évaluations, des passerelles, etc.
Les « crédits » sont toujours d’actualité mais plutôt que de parler d’année d’étude, on parle désormais de parcours personnalisé de l’étudiant. Il faut réussir les 180 crédits du programme de ce parcours pour acquérir le grade de bachelier. Le programme annuel se compose en principe d’un premier bloc de 60 crédits. Il faut en réussir 45 pour avoir accès sans conditions à la suite des crédits du parcours. Les crédits sont répartis en unités d’enseignement (un cours est une unité d’enseignement qui vaut donc pour un certain nombre de crédits) qui sont elles-mêmes composées d’activités d’apprentissage (travaux pratiques, cours magistraux, séminaires, travaux de fin d’études,…).
Pour en savoir plus, visitez notre page : http://www.jeminforme.be/index.php/enseignement-formations/enseignement-superieur/organisation-du-superieur

 

mise à jour 2018

Si vous cherchez un établissement d’enseignement maternel, primaire, secondaire ou supérieur, en Communauté française, consultez l’annuaire des établissements scolaires reconnus par la Fédération Wallonie Bruxelles http://www.enseignement.be/index.php?page=0&navi=149 ou le site de l'Ares www.mesetudes.be

Pour les études supérieures, il faut d’abord déterminer le type d’études que vous souhaiteriez faire. Ensuite, vérifiez si ces études existent en Belgique.
Pour cela, vous pouvez consulter l’annuaire consacré spécialement à l’offre existante dans l’enseignement supérieur francophone sur le site de l’ARES (Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur) : http://www.ares-ac.be/fr/etudes-superieures/etablissements

Chez Infor Jeunes, vous trouverez également divers renseignements sur l’enseignement en Communauté française (adresses des écoles, grille-horaire, choix d’études possibles, conseils d’orientation, infos sur les professions, etc.)
Sur le site d’Infor Jeunes, vous pouvez déjà trouver un lien direct vers les sites web de chaque université, haute école et écoles supérieures des arts : http://www.jeminforme.be/index.php/enseignement-formations/sites-utiles#hautesecoles
Vous trouverez également une page d’explication complète sur l’organisation de l’enseignement supérieur en Belgique francophone : http://www.jeminforme.be/index.php/enseignement-formations/enseignement-superieur/organisation-du-superieur

Plusieurs mois avant la rentrée, les établissements scolaires organisent des journées portes ouvertes.
Pour les établissements d’enseignement supérieur, vous trouverez les dates des journées portes ouvertes via les liens suivants :

mise à jour 2018

Vous pouvez venir, en Belgique, pour y faire des études.
En tant que ressortissants des pays membres de l’EEE (1) ou de la Suisse, vous n’avez pas beaucoup de formalité à accomplir contrairement aux ressortissants d’un pays non-membre de l’EEE (visa, assurance, etc.). Dans tous les cas, il faudra bien préparer son séjour en se renseignant sur les études (organisation, coût, diplômes, etc.), le logement, la/les langue/s parlée/s, les transports, etc.
Vous trouverez, ci-après, les formalités principales auxquelles il faut penser avant le départ.

Passeport/visa

  • Pour les ressortissants des pays membres de l’EEE et de la Suisse, il y a un accord de libre circulation qui permet aux citoyens des pays respectifs de séjourner, s’installer et travailler librement sur le territoire d’un autre pays membre ou de la Suisse. Dans ce cas, une carte d’identité valide suffira pour voyager. À l’arrivée, vous devez vous inscrire, à la commune, endéans les 3 premiers mois de votre séjour. Vous recevez un document appelé « annexe 19 » (demande d’attestation d’enregistrement).

  • Si vous êtes ressortissants d’un pays non-membre de l’EEE (sauf la Suisse)

    • il faudra obtenir un visa pour études (ASP-autorisation de séjour provisoire) auprès de l’Ambassade de Belgique située dans votre pays de résidence .Si vous vous trouvez déjà en Belgique, la demande peut se faire via la commune. Depuis mars  2015, dans le cadre de la demande de visa pour études, une redevance de 200€  est exigée.

    • Documents principaux à préparer pour la demande d’ASP :

      • attestation d’inscription définitive ou attestation d’admission provisoire ou attestation d’inscription à un examen d’admission. De plus, il est impossible d’obtenir une inscription définitive, sans être en possession d’un document de séjour valable en Belgique

      • preuve d’accès aux études supérieures (diplôme et relevés de notes ou attestation d’introduction de demande d’équivalence)

      • copie du passeport national

      • un certificat médical délivré par un médecin agréé par l'ambassade belge

      • un certificat de bonne vie et mœurs si vous avez plus de 21 ans

      • une preuve de moyen de subsistance (compte bancaire régulièrement approvisionné, bourse, revenus provenant d’un travail ou un engagement de prise en charge). Peu importe le moyen de preuve, il faut disposer de minimum 631€ net/mois.

Vous devez vous inscrire, à la commune, dans les 8 jours de votre arrivée. Vous recevrez un document appelé « attestation d’immatriculation » (carte orange) valable 4 mois. Une fois l’inscription définitive fournie, la commune délivre un titre de séjour à durée limitée : Carte A « Certificat d’inscription au registre des étrangers ».

Remarque :
Obtenir un droit de séjour pour étudier dans l’enseignement supérieur (ou suivre une année préparatoire aux études supérieures) public (reconnu par l’une des Communautés) est un droit. Par contre, obtenir un droit de séjour pour étudier dans l’enseignement secondaire privé/public ou dans l’enseignement supérieur privé (non-reconnu par l’une des Communautés) n’est pas un droit mais une faveur laissée à l’appréciation de l’Office des étrangers.

Assurance-santé

Voir la page "Memo de ce qu'il faut faire avant de venir"

Accès aux études

Pour l’enseignement maternel, primaire et secondaire, l’accès est libre mais dépend de l’âge et du parcours scolaire du jeune ayant étudié précédemment à l’étranger.
Pour accéder aux études supérieures universitaires ou non-universitaires, vous devez être titulaire d’un diplôme de fin d’études secondaires (appelé en Belgique : le Certificat d’Enseignement Secondaire Supérieur CESS).
Si ce diplôme a été obtenu à l’étranger, il faudra obtenir une équivalence.
Il n’y a pas de concours ni d’examen d’admission SAUF pour les études supérieures d’ingénieur civil et les études supérieures artistiques (organisées par les Ecoles Supérieures des Arts) pour lesquelles une épreuve d’admission est obligatoire.

  • Equivalences
    • Pour l’enseignement primaire, il ne faut pas d’équivalence.
    • Pour continuer vos études secondaires, en Belgique, vous devez obtenir une équivalence qui sert à valider le niveau d’études déjà accomplies à l’étranger (coût : 51 ou 76€).
    • Si vous possédez un diplôme de fin d’études secondaires, obtenu à l’étranger (Europe ou hors-Europe), vous devez obtenir, en Belgique, une équivalence de ce diplôme (coût 150 ou 200€). L’équivalence doit être demandée au « service des équivalences de l’enseignement secondaire ». La procédure d’équivalence est expliquée en détail sur le site : http://www.equivalences.cfwb.be/
    • Exceptions : l’équivalence n’est pas nécessaire lorsque vous possédez un des diplômes suivants :
      - un baccalauréat délivré par l'Ecole européenne;
      - un baccalauréat délivré par l'Office international du Baccalauréat;
      - un C.E.S.S. délivré par l’école internationale du SHAPE;
      - un diplôme délivré par une école à programme belge à l’étranger
    • Pour ceux qui possèdent déjà un diplôme étranger d’études supérieures ou qui ont déjà accompli une ou plusieurs années d’études supérieures à l’étranger, c’est l’établissement d’enseignement supérieur qui vérifiera si le niveau d’études est suffisant pour accéder aux études demandées.

  • Examen de maîtrise de la langue française
    En Belgique, pour accéder aux études supérieures universitaires ou non-universitaires, vous devez réussir un examen de maîtrise de la langue française. Cet examen est organisé par les universités et les hautes écoles (2 fois/année académique) sous la tutelle de l’Académie de recherche et d'enseignement supérieur – ARES. Il est donc possible de le présenter à 2 reprises mais l’inscription ne sera validée qu’une fois cet examen réussi.
    • Exceptions : cet examen n’est pas nécessaire dans les cas suivants :
      - titulaire d’un diplôme d’études secondaires supérieures ou d’études supérieures délivré par la Communauté française
      - titulaire d’un diplôme, titre ou certificat d’études similaire délivré par la Communauté flamande, par la Communauté germanophone, par l’Ecole royale militaire
      - titulaire de certains diplômes luxembourgeois
      - titulaire du baccalauréat marocain ou d’un diplôme d’études supérieures marocain
      - titulaire d’un diplôme dont les études secondaires ou supérieures ont été suivies dans la langue française
      - titulaire d’un diplôme dont les études secondaires ou supérieures ont été suivies partiellement dans la langue française (sous réserve de l’examen du programme de cours et des notes obtenues par les autorités compétentes afin de vérifier la connaissance suffisante de la langue)
      - titulaire d’un diplôme d’aptitude à accéder à l’enseignement supérieure (DAES) obtenu via le jury de la Communauté française
      - titulaire d’une attestation de réussite à un examen, concours, épreuve d’admission à l’enseignement supérieur prévu dans le décret Paysage
      - titulaire d’un diplôme/certificat de l’enseignement secondaire ou supérieur de promotion sociale


Cours préparatoire à l’enseignement /cours de langue

En Belgique, les écoles d’enseignement secondaire organisent une année préparatoire aux études supérieures (7e année secondaire en sciences, mathématiques ou arts du spectacle). Les universités proposent, en été, des cours préparatoires dans diverses matières (langues, math, sciences, méthode de travail…). Les écoles de promotion sociale organisent aussi des cours préparatoires en mathématiques, sciences et méthode de travail essentiellement. Ces écoles proposent aussi des cours de français langue étrangère si vous souhaitez perfectionner votre français avant d’entamer les études en Belgique.

Logement

Voir la page "Logement"

Transports

Voir la page "Transports"
En tant qu’étudiant, vous pourrez bénéficier d’une réduction sur les abonnements vendus par la STIB, le TEC et De Lijn de 12 à 24 ans. Le tarif de l’abonnement de train est réduit pour les étudiants de moins de 26 ans. Pour les formalités, renseignez-vous auprès des sociétés de transports respectives ou sur leur site.

Financer ses études

Faire ses études, en Belgique, peut s’avérer coûteux, c’est pourquoi il faut prévoir un budget suffisant pour payer les frais d’inscriptions, le logement, la nourriture, le transport, les soins de santé, les loisirs, etc. Vous pouvez envisager de faire des économies en travaillant avant votre départ. Renseignez-vous aussi sur les possibilités de bourses d’études offertes par votre pays d’origine ou par la Belgique. Une fois en Belgique, vous aurez également la possibilité de faire un job.
Plus d’informations sur les aides financières et les jobs : « aides financières » et « job étudiant »

(1) Pays de l’EEE : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Islande, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovénie, Slovaquie et Suède

mise à jour 2017